La colonisation de L'Europe de l'Est

Publié le

La colonisation de L'Europe de l'Est 

Quand les capitalistes se sont emparés du pouvoir en Europe de l'Est et en Union soviétique, (...) ils ont démantelé la propriété publique des moyens de production et tous les progrès sociaux dont jouissait le peuple. Ils ont intégré les anciens pays communistes dans le système global capitaliste en vendant leur pays, leur travail, leurs richesses naturelles et leurs marchés. Ces pays sont ainsi rapidement devenus des pays appauvris du tiers-monde.
La grande presse US a décrit cela comme un formidable progrès pour l'humanité. (...)
Maintenant, des multinationales contrôlent la plus grande partie de leur commerce extérieur. Comme les pays du tiers-monde, ces pays ont de moins en moins accès aux marchés des uns et des autres. Leur économie s'empêtre dans les rouages de l'investissement et de l'exploitation du capitalisme mondial. Leur commerce réciproque, jadis important et avantageux pour chacun, est presque anéanti. Au lieu d'un développement mutuel, ils connaissent aujourd'hui le sous-développement, imposé par le monopole du capitalisme mondial. (...)
Malgré de nombreuses protestations d'activistes russes et américains de l'environnement, le secteur américain du bois se prépare à abattre la forêt de Sibérie, avec le soutien financier d'un fonds spéculatif sponsorisé par le Pentagone. Cette région représente un tiers des terrains boisés du monde et constitue l'habitat de très nombreuses espèces animales.1
«Un système qui s'intéressait à ses ouvriers»
Avec l'arrivée des investissements privés en Europe de l'Est, la production n'a pas augmenté comme prévu. Au contraire, elle a rapidement chuté. Des centaines d'entreprises d'Etat parmi les plus intéressantes et les plus solvables ont été privatisées et souvent offertes pour un prix dérisoire à des investisseurs étrangers. D'autres entreprises d'Etat ont été financièrement saignées à blanc ou menées à la faillite.
Entre 1989 et 1995, dans l'actuelle République de Tchéquie, 80 % des entreprises ont été privatisées et la production industrielle a chuté à deux tiers. En Pologne, à cause de la privatisation, la production a chuté à un tiers entre 1989 et 1992. De gigantesques complexes est-allemands d'électronique et de haute technologie, dans lesquels travaillaient des dizaines de milliers d'ouvriers, ont été repris par de très grandes firmes ouest-allemandes avant d'être fermées.
En Union soviétique, la privatisation a conduit à la perte d'une grande partie de l'infrastructure scientifique et de ses établissements. Depuis la privatisation de ZiL, la plus grande succursale de Moscou, la production de camions est tombée de 150 000 à 13 000 par an. 40% des travailleurs ont été licenciés. En avril 1996, les travailleurs restants ont demandé au gouvernement russe de reprendre leur usine. Dans le passé, ces travailleurs et leurs familles avaient une «sécurité d'emploi inébranlable». Ils vivaient dans les appartements de ZiL et allaient dans les écoles de l'usine. Les bébés allaient dans le centre de jour ZiL et étaient soignés par des docteurs de ZiL.
«J'ai grandi dans un système qui s'intéressait à ses ouvriers», a déclaré un machiniste regrettant de s'être un jour opposé au régime.2
Une partie importante de la production d'Allemagne de l'Est a été bridée pour restreindre la compétition avec les firmes ouest-allemandes. Cela a surtout été clair avec le démantèlement de l'agriculture collective, qui devait protéger les fermes privées fortement subsidiées et moins productives en Allemagne de l'Ouest.3
Sans aucune indemnisation, les capitalistes ouest-allemands ont mis la main sur presque toutes les propriétés de l'Etat en RDA : les usines, industries, fermes, appartements et autres biens immobiliers ainsi que les soins de santé. Le tout pour environ deux mille milliards d'euros. Il s'agit de la plus grande expropriation des biens de l'Etat par un capital privé de toute l'histoire européenne.
Le montant des loyers est passé de 5% à 60% des revenus
Cette privatisation du marché libre en Allemagne de l'Est a eu pour conséquence que le montant des loyers est passé de 5% à 60% des revenus. Les transports, la puériculture, les soins de santé et l'enseignement supérieur sont devenus inabordables pour beaucoup. Les Allemands de l'Est de divers courants politiques se plaignent de nombreuses choses : (a) le flux monétaire est passé de l'Est à l'Ouest à cause de la colonisation de l'Est. (b)Le marché libre est un mythe : l'économie ouest-allemande est fortement subsidiée et fonctionne selon des règles strictes qui vont à l'encontre des intérêts des régions de l'Est. (c) La police ouest-allemande est plus brutale que la police est-allemande. (d) Si l'Allemagne de l'Ouest s'était donné autant de mal pour combattre les nazis que pour désocialiser l'Est, le pays aurait été très différent.4
Pour ce qui est du dernier point, il faut mentionner que des personnalités allemandes ont traîné devant la justice tous ceux qui, de par leur fonction officielle, ont «collaboré» avec la RDA, même des professeurs et de simples fonctionnaires.5
Les émigrants des pays communistes sont étonnés de la bureaucratie qui règne à l'Ouest. Deux émigrants soviétiques, indépendants l'un de l'autre, ont déclaré : «la bureaucratie est pire ici que chez nous».6
Des Allemands de l'Est ne s'en sortaient pas avec tous les formulaires à remplir pour les impôts, l'assurance maladie, l'assurance vie, le chômage, les formations, les aides au logement et les comptes en banque. Plus encore, «par les informations personnelles qu'ils devaient donner, ils se sentaient encore plus observés et espionnés qu'au temps de la Stasi, la police secrète de RDA». 7
Les Juifs soviétiques qui ont émigré en Israël durant la guerre froide ont connu les mêmes désillusions sur les difficultés de la vie et le manque d'idéalisme. Les lettres découragées qu'ils envoyaient chez eux sont considérées comme un facteur important dans la diminution de l'émigration de l'URSS vers Israël.
Pendant les jours fastes de la restauration capitaliste, les habitants des anciens pays communistes ont eu toutes les occasions d'expérimenter la vie telle qu'elle était vraiment au paradis du libre marché.
1 New York Times, 30/01/96 · 2 New York Times, 08/05/94 · 3 Robert McIntyre in Monthly Review, décembre 93 · 4 Z Magazine, juillet 92 · 5 Des milliers d'anciens responsables de RDA, juges et autres ont été emprisonnés ou risquent des peines d'emprisonnement pour «trahison» · 6 Monthly Review, mai 88 · 7 Z Magazine, juillet 92.

Commenter cet article

j-philippe 10/08/2008 22:35

Déclaration de Cheikh Palazzi Grand Mufti de Rome:

« nous(musulmans)devrions nous réjouir que les juifs soient retournés en Israël et qu'ils y aient fondé un Etat.C'est un grand signe pour nous car dans le Saint Coran,est écrit que le Mahdi reviendrait dans ces temps la."

Et aussi: "il est évident que les juifs retournés en terre d'Israël font reverdir les terres de Palestine comme si cette terre reconnaissait ceux à qui elle appartient ».






Le Coran mentionne également que les enfants d'Israël seront rassemblés en Terre promise avant la fin du monde. Ce verset (17 :104) implique normalement qu'aucun musulman ne doit s'opposer au rassemblement des Juifs en Terre promise, car ce serait aller contre la volonté d'Allah.


http://www.guysen.com/tv/?vida=1810