La gauche anticommuniste chasse elle-même les sorcières

Publié le

La gauche anticommuniste chasse elle-même les sorcières


Michael Parenti, professeur américain de sciences politiques:

Aux Etats-Unis (et dans tout l'Occident, ndlr), le lobby de la pensée dominante propage l'anticommunisme dans la population depuis plus de cent ans. Celui-ci a fini par ressembler davantage à une orthodoxie religieuse qu'à une analyse politique.

Pendant la Guerre Froide, les thèses idéologiques de l'anticommunisme ont manipulé toutes les données sur les sociétés communistes existantes pour en faire des «témoins à charge». Quand les Soviétiques refusaient de négocier, ils étaient implacables et fauteurs de guerre; s'ils faisaient des concessions, c'était une manuvre de déstabilisation. Si les églises russes étaient vides, c'était la preuve que la religion était réprimée; si elles se remplissaient, c'était que les gens repoussaient l'idéologie athéiste du régime. Quand les travailleurs faisaient grève (ce qui était rare), c'était la preuve de l'aliénation du système collectiviste. S'ils ne faisaient pas grève, c'est parce qu'ils étaient intimidés et que la liberté d'action leur était enlevée. Une pénurie des biens de consommation était due à un système économique en faillite; un meilleur approvisionnement prouvait que les dirigeants voulaient renforcer leur pouvoir en apaisant le peuple récalcitrant.

Si les communistes ont joué un rôle important aux Etats-Unis dans la lutte pour les droits des travailleurs, des pauvres, des Afro-américains, des femmes, c'était seulement pour gagner le soutien des groupes exclus et élargir ainsi leur pouvoir. Mais à la question «comment obtenir du pouvoir en défendant les droits de ceux qui n'en n'ont pas», personne ne répondait.

Une génuflexion pour l'orthodoxie

Aux Etats-Unis, beaucoup de gens de gauche ont développé des sentiments anticommunistes et antisoviétiques qui, en matière d'hostilité et de grossièreté, n'ont rien à envier à la droite. A propos des «intellectuels de gauche», Noam Chomsky dit qu'ils tentent de «prendre le pouvoir en abusant des grands mouvements populaires» pour «opprimer ensuite le peuple par la violence»...1 ()

Avec d'autres, certaines personnes de gauche retombent sur le stéréotype vieilli des velléités communistes du pouvoir qui recherchent le pouvoir pour le pouvoir et n'accordent aucune importance à quelque fin sociale que ce soit. Si c'est le cas, on peut se demander pourquoi les communistes choisissent chaque fois le côté des pauvres et des sans-droits. Pourquoi se sacrifient-ils au lieu de profiter des avantages qu'un engagement auprès des riches leur rapporterait sans aucun doute?

Des décennies durant, de très nombreux écrivains et orateurs de gauche ont essayé aux USA de renforcer leur crédibilité en prêtant leur voix à l'anticommunisme et à la critique de l'Union Soviétique. Ils se sentaient visiblement obligés de prendre position contre le communisme dans chaque discours, critique ou article sur n'importe quel sujet politique. Le but de cela était, et est encore, de se distancier de la gauche marxiste-léniniste.

Adam Hochschild, un éditeur et écrivain progressiste, a prévenu les auteurs de gauche que «cela nuirait à leur crédibilité» s'ils ne condamnaient pas les sociétés communistes existantes.2 () Ronald Radosh a imploré le mouvement pour la paix de s'épurer de tous les communistes, sous peine d'être accusé de sympathie communiste.3 Si je comprends bien Radosh, nous devons tous devenir des chasseurs de sorcières pour échapper à la chasse aux sorcières communistes.

Communistes chassés
du syndicat: un million
et demi d'affiliés en moins

Préserver la gauche du communisme est devenu une tradition, ce qui n'a pas manqué de nuire à certains objectifs de la gauche. En 1949 par exemple, une douzaine de syndicats ont été exclus du CIO (confédération syndicale américaine, ndlr) car des communistes siégeaient dans leurs organes de gestion. Cette épuration a brutalement fait chuter le nombre d'affiliés au CIO: 1,7 millions de membres en moins. En outre, elle a eu des conséquences désastreuses pour le recrutement de nouveaux membres et a clairement limité l'influence politique de la confédération. ()

Même dans leur lutte contre la droite, les critiques de gauche ne peuvent s'empêcher de soumettre leurs lettres de créance anticommunistes. Ainsi Mark Green écrivait dans une critique sur le président Ronald Reagan: «Lorsque son catéchisme conservateur sera mis à l'épreuve, (Reagan) ne changera pas son point de vue mais bien les faits, tel un inflexible marxiste-léniniste.»4

La gauche chasseuse de communistes a renforcé le climat hostile qui a donné carte blanche aux dirigeants US pour mener des guerres froides et chaudes contre les pays communistes. C'est ainsi qu'elle a empêché jusqu'ici les idées progressistes d'avoir ne fût-ce que l'ombre d'une chance. (...)

La gauche américaine manque totalement d'évaluation rationnelle de l'Union Soviétique. Ce pays a connu, pendant les premières années de son existence, une longue guerre civile et une agression étrangère multinationale. Deux décennies plus tard, il a défait le monstre nazi, au prix de nombreuses vies. Après la révolution bolchevique, les Soviétiques ont permis en trois décennies un progrès industriel que le capitalisme avait mis un siècle à réaliser. Ils ont nourri et éduqué leurs enfants au lieu de les faire travailler quatorze heures par jour comme le faisaient, et le font encore, les capitalistes dans de grandes parties du monde. (...)

La gauche anticommuniste est restée épouvantablement insensible aux progrès impressionnants réalisés par les masses de populations pauvres sous le communisme. Certains ont même affiché leur mépris envers ces réalisations. Je me souviens comment à Burlington, Vermont, en 1971, le célèbre anarchiste anticommuniste Murray Bookchin s'est moqué de mon souci pour «ces pauvres enfants qui ont enfin reçu à manger sous le communisme» (sic).

1 Z. Magazine, 10/95 ·2 Guardian, 23/05/84 · 3 Guardian, 16/03/83 · 4 Mark Green en Gail MacColl, New York, Pantheon Books, There He Goes Again: Ronald Reagan's Reign of Terror (1983), 12.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

j-philippe 10/08/2008 22:37

VIDEO EXTRAORDINAIRE:


Voici un documentaire passionant sur les évènements de l'histoire d'Israël à la lumière des prophéties! A voir et à revoir!

Clique sur le lien ci-dessous



http://video.google.com/videoplay?docid=-4971871223951202469&q=israel+war+zero+hour+french+version







Prenez le temps de visualiser cette vidéo, même si elle est un peu longue, c'est extrèmement important .







Shalom Ouvrahah/Paix et bénédictions

Mashiah vient !